Accueil Géopolitique & mondialisation

PostHeaderIcon La crise revient. Et si la crise était le moyen de construire un monde nouveau ?

( 10 votes )

Année: 2010

Durée: 39' 44''

Dans cet enregistrement disponible en libre accès ici, 3 économistes français de renom évoquent le retour probable de la crise économique. Les prix de l'immobilier aux Etats-Unis ont repris leur décrue, ce qui impacte négativement la consommation des ménages, facteur déterminant de la croissance américaine. En conséquence, le taux de chômage augmente aux Etats-Unis et atteint des niveaux historiquement élevés - 10 % officiellement, 16 % dans la réalité. Comme l'explique Philippe Dessertine, l'économie américaine ainsi que le mode de vie de ce pays sont structurellement déséquilibrés, avec des coûts énergétiques trop élevés et une croissance dépendant étroitement de la capacité à s'endetter. Une telle économie est vouée au déclin. Les pays occidentaux étant très dépendants de la santé de l'économie américaine, et également confrontés au problème du surendettement, leur évolution à venir s'annonce délicate.

Mais quid des solutions, alors que les Etats semblent avoir épuisé - sans effet - toutes leurs munitions et que la reprise économique ne pourra venir de la consommation privée ? Tant Michel Aglietta que Philippe Dessertine évoquent la même stratégie: ce qui a réellemet permis de sortir de la crise de 29 est l'énorme effort de guerre des Etats-Unis. Envisager une nouvelle guerre pour résoudre la crise de l'endettement n'est pas raisonnable. Les économistes - et c'est tout à fait nouveau - plaident pour un green new deal massif qui consisterait à se lancer dans les énormes investissements requis par la reconversion énergétique, la relocalisation, l'abandon de l'habitat dispersé et du transport individuel motorisé, cela couplé à une réforme de la consommation. Dans la bouche d'économistes "du sérail", un langage que ne désavouerait pas un James Howard Kunstler ou les partisants de la décroissance, d'où le titre de cette notice !

Participants à l'émission: Philippe Dessertine, professeur à Nanterre, Thierry Gaudin, ingénieur général des mines, Michel Aglietta, professeur de sciences économiques à l'Université de Paris-X Nanterre.

Source: France Culture, Du grain à moudre - L’économie américaine va-t-elle replonger ? 01-09-2010.

Ecouter également Jacques Attali: tous ruinés dans 10 ans ?, James Howard Kunstler, crise financière et peak oil, Décroissance - réponse politique à la crise, Nicholas Georgescu-Roegen, économiste de génie

A voir: animation illustrant la nécessité de se désintoxiquer de la croissance, courte vidéo Analyse d’Hervé Juvin sur la situation économique en cette rentrée de septembre 2010

{enclose La_crise_revient.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Télécharger
Télécharger l'enregistrement La_crise_revient.mp313975 Kb
 

PostHeaderIcon L'Europe peut-elle se vouloir écologique ?

( 5 votes )

Année: 2008

Durée: 30' 10''

Dans cet enregistrement en libre accès ici, Aurélien Bernier, écrivain et militant altermondialiste, examine d'un oeil critique la volonté affichée par l'UE de donner une plus grande place à l'écologie. L'Europe entend se profiler sur la scène mondiale comme étant à l'avant-garde dans la lutte contre le réchauffement climatique. Or, l'Europe se construit avant sous l'égide de la doctrine néolibérale. Aurélien Bernier explique comment une politique écologique qui se veut opérative, et non pas seulement une tentative d'améliorer son image, ne peut pas se mettre en place sans renoncer aux injonctions du libéralisme.

Cet interview nous fait prendre conscience à quel point l'expression "écologie libérale" est un oxymore - l'association de 2 termes antagonistes, à l'instar de "voiture verte" ou "développement durable" (voir interview de Bertrand Méheust) - !

Source: Des sous et des hommes - émissions passées

Blog d'Aurélien Bernier: Pour une écologie sociale et solidaire

Ecouter également L'Europe des lobbies, Libéralisme, écologie et Europe, Pour un néo-protectionnisme écologique et social, La mondialisation expliquée par Jean Ziegler, Bertrand Méheust - Trop tard pour sauver la planète ?

{enclose L_Europe_peut-elle_se_vouloir_ecologique.mp3}Pour un néo-protectionnisme écologique et social
AddThis Social Bookmark Button
Télécharger
Télécharger l'enregistrement L_Europe_peut-elle_se_vouloir_ecologique.mp37075 Kb
 

PostHeaderIcon La société par actions, une forme juridique parfois dangereuse

( 4 votes )

Année: 2010

Durée: 39' 18''

Dans ce court enregistrement, en examinant le cas de British Petroleum, Hervé Juvin, économiste et essayiste français, soulève la question de la relation entre la forme juridique d'une entreprise et les dangers que celle-ci fait courir à la société. British Petroleum a été épinglée à plusieurs reprises pour non-respect des prescriptions de sécurité. Le souci de maximiser la rémunération des actionnaires conduit les sociétés par actions à économiser sur la sécurité, explique Hervé Juvin. Dans certains domaines - exploitation pétrolière, nucléaire, santé publique, finance - l'accent mis sur la profitabilité à court terme par les grandes multinationales mondialisées fait de ces entités un danger pour le reste du monde. Hervé Juvin préconise, dans de tels contextes, de se tourner vers une structuration sous forme de société coopérative. La société coopérative est naturellement orientée sur sa pérennité à long terme, possède un domicile qui fait sens et est statutairement incitée à agir dans l'intérêt de ses coopérateurs.

Source: Video Dailymotion - Que vaut British Petroleum ?

Ecouter également Golfe du Mexique, la pire des marées noires ?, Marie-Monique Robin - Le monde selon Monsanto, Les confessions d'un agent d'influence américain

Pour la question de la dilution de responsabilité dans les sociétés anonymes, voir le documentaire (sous-titres français) The Corporation

{enclose La_soc_actions_forme_juridique_dangereuse.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Télécharger
Télécharger l'enregistrement La_soc_actions_forme_juridique_dangereuse.mp313824 Kb
 

PostHeaderIcon Soutien à l'euro - le sacrifice des Allemands

( 2 votes )

Année: 2010

Durée: 39' 18''

Dans cet échange de vues, disponible ici en libre écoute, est examiné le rôle de l'histoire du dernier siècle dans les différences entre les visions allemande et française en matière économique. Avant la crise, la France a basé sa croissance sur la stimulation de sa demande intérieure par le soutien à la consommation et une politique salariale accommodante. A l'opposé, l'Allemagne a accru sa TVA et allégé les charges sociales des entreprises. Elle a opté pour la restauration de sa compétitivité et a donné la priorité à l'emploi, en modérant les augmentations de salaire et en acceptant l'émergence d'une classe de travailleurs pauvres. Résultat: l'Allemagne est à la fois championne des exportations et à la traîne en matière de consommation, deux caractéristiques qui déplaisent à ses partenaires européens.

Anton Brende et Frank Baasner soulignent à quel point la mise en place du fond de soutien européen et le rachat d'obligations grecques par la Banque Centrale Européenne heurtent les Allemands, très attachés à l'orthodoxie financière et au respect des règles. Ceux-ci se sentent floués, eux qui ont accepté en 1999 de renoncer au deutsche mark, monnaie solide et fierté nationale, pour un euro censé être de même nature. Cette constatation sonne comme une mise en garde ...

Intervenants: Marion Gaillard, historienne et maître de conférences à Sciences Po Paris, Anton Brender, économiste chez Dexia Asset Management et Frank Baasner, directeur de l'Institut franco-allemand de Ludwigsburg.

Source: France Culture  - Du grain à moudre - France - Allemagne : les divergences s'expliquent-elles par l'histoire économique des deux pays (inflation, déflation...) ?

Ecouter également Le redoutable problème de l'endettement public, L'euro risque-t-il d'exploser ?, France, Allemagne: qui est le mauvais joueur ?, La cigale grecque (française ?) et la fourmi allemande

{enclose euro_le_sacrifice_des_Allemands.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Télécharger
Télécharger l'enregistrement euro_le_sacrifice_des_Allemands.mp313824 Kb
 

PostHeaderIcon Pour un néo-protectionnisme écologique et social

( 4 votes )

Année: 2006

Durée: 24' 59''

Dans cette interview disponible en libre écoute, l'économiste Jacques Sapir défend la restauration du protectionnisme. Son argumentation est particulièrement limpide: l'histoire économique réfute le crédo libéral qui dit que la libéralisation des échanges profite à tous les pays en concurrence. Par ailleurs, Jacques Sapir explique que l'ouverture des marchés rend difficilement applicable l'instauration d'une réglementation écologique ou la mise en place d'une politique sociale progressiste: les coûts supplémentaires induis pour les entreprises génèrent un avantage concurrentiel au bénéfice des sociétés qui opèrent dans les pays qui n'imposent pas ces règles.

Jacques Sapir propose une forme éclairée de protectionnisme: en premier lieu, les droits de douane ne doivent pas frapper les pays dont la productivité est trop basse pour financer des mesures écologiques ou sociales. Ensuite, s'appliquant à des pays de niveaux de productivité similaires, les droits doivent être calculés de manière à rétablir une concurrence équilibrée entre pays vertueux et pays laxistes. Le produit des taxes ne doit pas servir à accroître les recettes fiscales, mais à financer des aides aux pays moins-disant afin qu'ils se mettent progressivement à niveau sur les plans environnemental et social.

L'économiste explique très clairement le mécanisme par lequel le libre-échange aboutit à imposer aux pays responsables les pratiques des pays libéraux, enlevant de ce fait toute possibilité de choisir une politique sociale et de l'environnement responsable.

Cette interview, dense malgré l'efficacité du propos, suscite beaucoup de réflexions et gagne à être écoutée plusieurs fois !

Source: Des sous et des hommes - émissions passées

Ecouter également Hervé Juvin, le renversement du monde, Libéralisme, écologie et Europe, Peut-on apprendre de la mondialisation au 19è siècle ? Petit cours d'économie politique, La mondialisation expliquée par Jean Ziegler, Emmanuel Todd - l'Europe peut-elle faire baisser la pression de la mondialisation ?, Serge Halimi sur "Le grand bond en arrière", Néolibéralisme: mise en concurrence généralisée et démocratie, L'Europe peut-elle se vouloir écologique ?

{enclose Pour_un_neoprotectionisme_ecologique.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Télécharger
Télécharger l'enregistrement Pour_un_neoprotectionisme_ecologique.mp38787 Kb
 

PostHeaderIcon Le redoutable problème de l'endettement public

( 9 votes )

Année: 2010

Durée: 23' 35''

Cet entretien en libre écoute avec 2 économistes sur la question de l'endettement des pays occidentaux fait apparaître de nouvelles données sur cette problématique: une étude américaine récente couvrant 2 siècles d'endettement des nations de différentes parties du monde montre l'existence d'un seuil critique d'endettement de 90 % du PIB. En deçà de ce seuil, la croissance annuelle moyenne des économies se situe aux alentours de 3.5 %. Passé cette limite, la croissance tombe à 0. Une découverte préoccupante lorsque on sait que l'endettement des pays occidentaux suite à la crise s'élève globalement à 98 % du PIB !

Les Etats se sont déjà trouvé en situation de sur-endettement, notamment au sortir de la seconde guerre mondiale. Néanmoins, la croissance élevée qui a résulté des  besoins de reconstruction, accompagnée d'une forte inflation - les fameuses 30 Glorieuses -, a permis de rembourser les emprunts.

Jean-Luc Buchalet examine l'archétype du pays sur-endetté qu'est le Japon, lequel fait face de surcroît - tout comme l'Europe - à un problème de vieillissement de sa population. Comme l'explique l'économiste, le Japon, malgré un contexte économique plus favorable que celui de l'Europe aujourd'hui, s'est enfoncé dans la spirale de la dette, qui atteint aujourd'hui 218 % du PIB.

Pierre Sabatier évoque quelques pistes de solution: si l'on considère que depuis les années 80 les inégalités de revenu se sont notablement accrues au profit des plus aisés, la tendance pourrait bien être une charge fiscale renforcée sur les hauts revenus afin de financer l'effort de désendettement sans peser sur la consommation de la classe moyenne ...

Source: Canal Académie - PAG776 L’endettement public, ce terrible fardeau... Une étude du Cabinet PrimeView

Ecouter également France dans 6 mois - la dictature ou l'insurrection ?, Crise économique: le nouveau millésime arrive, Olivier Delamarche sur la crise qui couve ..., Débat homérique, l'EUROSION s'accélère !, La quadrature de l'euro, Zone euro, éclatement dans les dix-huit mois ?, Crise: l'Irlande secourue, et après ?, Création monétaire et endettement, Faut-il sortir de la crise par la croissance ou par la rigueur ?, Soutien à l'euro - le sacrifice des Allemands, L'euro risque-t-il d'exploser ?, Jacques Attali: tous ruinés dans 10 ans ?, France, Europe, la rigueur s'annonce

A consulter: pour les visiteurs suisses, l'évolution exemplaire de l'endettement public de cet Etat entre 2005 et 2009

{enclose Le_redoutable_probl_de_l_endettement.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Télécharger
Télécharger l'enregistrement Le_redoutable_probl_de_l_endettement.mp38298 Kb
 

PostHeaderIcon L'euro risque-t-il d'exploser ?

( 3 votes )

Année: 2010

Durée: 39' 36''

La question constitue l'objet de ce débat entre économistes disponible en libre écoute. Comment se fait-il que l'euro soit la cible des marchés alors que la livre et le dollar, assortis d'un déficit de plus de 10 % du PIB contre 6 à 7 % dans son ensemble pour l'euro, sont épargnées ? Eric Chaney, économiste, explique que ce paradoxe provient de l'absence de solidarité fiscale au sein de la zone euro: aucun pays membre n'accepte de payer des impôts pour un autre pays en difficulté. De même qu'une chaîne a la résistance de son maillon le plus faible, la conséquence est que le défaut d'un seul pays peut faire s'écrouler l'ensemble.

L'euro était probablement voué à l'échec dès sa naissance en l'absence d'un mécanisme strict de contrôle budgétaire qui aurait forcé les pays "cigales" à une gestion plus rigoureuse. Au contraire, en offrant à ces pays la possibilité, pendant une décennie, de s'endetter à un taux d'intérêt inférieur à leur taux d'inflation national, l'euro a favorisé la création de bulles spéculatives (Espagne) ou l'explosion des déficits publics (Grèce, Portugal).

Maintenant, il faut choisir entre Charybde et Scylla, entre la rigueur qui tue la croissance, donc réduit les rentrées fiscales et la capacité de rembourser la dette publique, et la relance qui restaure la croissance, mais gonfle les déficits.

Remarquons que le 3ème terme de l'équation, représenté par la soutenabilité de la croissance sur le plan environnemental, n'a toujours pas sa place dans le discours des économistes.

Intevenants: Eric Chaney, économiste, Agnès Bénassy-Quéré, directrice du CEPII, Philippe Simonnot, économiste.

Source: France Culture  - Du grain à moudre: L’euro peut –il s’effondrer, la zone euro peut –elle éclater ?

Ecouter également Le redoutable problème de l'endettement public, Jacques Attali: tous ruinés dans 10 ans ?, France, l'heure des comptesRetour à la crise des années 30 ?

{enclose L_euro_risque-t-il_d_exploser.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Télécharger
Télécharger l'enregistrement L_euro_risque-t-il_d_exploser.mp313929 Kb
 
Plus d'articles...
<< Début < Préc123456789Suivant > Fin >>
page n°5 sur 9
FACEBOOK like
Recherche
Mots-clés