Accueil Pic pétrolier Français
AddThis Social Bookmark Button

PostHeaderIcon Pourquoi on coupe les cornes des vaches

( 7 votes )

Année: 2013

Durée: 40' 57''

Dans cette interview, le vétérinaire homéopathe Paul Polis nous révelle en sous-entendu le pourquoi de cette mutilation infligée aux veaux peu après leur naissance.

Dans les élevages industriels, dès la mise bas, le veau est séparé de sa mère et placé tout seul dans un box. Comme l’explique Paul Polis, les bovidés, à l'état sauvage, constituent des proies. Il est par conséquent vital que les jeunes soient autonomes le plus rapidement possible. Ainsi, la quasi totalité de leurs connexions neuronales se font dans les premiers jours de leur vie et ne pourront être rattrapées plus tard. Cela fait dire au vétérinaire que les animaux élevés en condition industrielle - séparés de leur mère à la naissance - rencontrent plus tard des difficultés de socialisation et s’apparentent à des délinquants. N’ayant pas appris à communiquer selon les codes de leur race, ils sont plus violents envers leurs congénères et s’infligent des blessures, d’où l’ablation des cornes ...

L'agriculture productiviste considère les animaux comme des choses, des ''produits'', alors qu'ils sont des êtres vivants dotés d'une psychologie. Cette interview nous fait prendre conscience, une fois de plus, de la manière abjecte dont sont traités les animaux d’élevage, au nom du sacro-saint rendement et de la diminution des coûts.

Source: Terre à terre - Homéopathie vétérinaire

Ecouter également Claire Severac, la face sombre de l’industrie agro-alimentaire, Bidoche. L'industrie de la viande menace le monde, Les impacts environnementaux de la consommation de viande, Jacques Blamont - une vision sans complaisance de l’avenir

{enclose Pourquoi_on_coupe_les_cornes_des_vaches.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Téléchar.:
Télécharger ce fichier (Pourquoi_on_coupe_les_cornes_des_vaches.mp3)25042 Kb

Mis à jour ( Jeudi, 19 Décembre 2013 23:41 )

 

PostHeaderIcon La vision énergétique de Jean-Marc Jancovici

( 12 votes )

Année: 2012

Durée: 2 H 05' 34''

Cet enregistrement contient la bande son d’une présentation de Jean-Marc Jancovici donnée au début de l’année 2012 à l’ENS devant un parterre d’ingénieurs. Le conférencier met à plat  les innombrables relations qui font dépendre le niveau de vie des sociétés développées de la disponibilité d’une énergie abondante. La partie dévolue aux questions apporte de nombreux éléments nouveaux par rapport aux précédents enregistrements de l’orateur disponibles sur le site.

Comme la problématique traitée par Jean-Marc Jancovici est complexe, il n’est pas inutile de l’aborder de nombreuses fois et sous des angles variés. L'énergéticien recourt notamment à l'équation de Kaya qui modélise en une simple règle de 3 les facteurs déterminants de la pérennité de notre civilisation. Il établit également de manière très claire la notion du rendement des différentes filières de production d’énergie.

Jean-Marc Jancovici utilise de nombreux transparents durant son exposé. Pour cette raison, il est recommandé de visionner au moins en partie la vidéo dont est tirée cette bande son !

Source: Video Dailymotion - Jean-Marc JANCOVICI à l'ENS : Gérer la contrainte carbone, un jeu d'enfant

Ecouter également L’énergie, conférence d’Etienne Klein, Jeremy Rifkin - la troisième révolution industrielle, L’Europe avance en matière énergétique, L’énergie, fondement de notre société, En 2030, le monde fonctionnera ... au charbon !, Le nucléaire, élément de solution ?, Nicholas Georgescu-Roegen, économiste de génie, Joël de Rosnay - La société fluide, Le concept négaWatt, Villes en transition vers l'après-pétrole, James Howard Kunstler, crise financière et peak oil

A lire absolument: un article fouillé et très pédagogique qui reprend la présentation du modèle de Kaya, Impact du réchauffement climatique sur les pays arabes

{enclose La_vision_energetique_de_JM_Jancovici.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Téléchar.:
Télécharger ce fichier (La_vision_energetique_de_JM_Jancovici.mp3)58862 Kb

Mis à jour ( Dimanche, 06 Janvier 2013 14:29 )

 

PostHeaderIcon Le biogaz, une énergie miracle !

( 2 votes )

Année: 2012

Durée: 53' 47''

Cet enregistrement présente une énergie renouvelable méconnue, le biogaz, issu de la fermentation de déchets organiques. A ne pas confondre avec le gaz naturel ou le gaz de schistes, tous deux des énergies fossiles dommageables pour l’environnement !

Les avantages du biogaz sont multiples, ce qui en fait un des fers de lance de l’écologie industrielle. Produit à partir de déchets agricoles, agro-alimentaires ou ménagers, le biogaz sert au chauffage, à la production d’électricité ou se substitue aux carburants liquides. Il permet de valoriser les déchets qui n’ont ainsi plus à être brûlés ou enfouis. La matière qui reste après la production du gaz - le digestat - constitue un excellent engrais, inodore et inoffensif pour les nappes phréatiques ou les cours d’eau. Enfin, contrairement au solaire ou à l’éolien, le biogaz n’est pas tributaire de la météo.

Dans les pays défavorisés, le développement du biogaz, utilisé pour la cuisson des aliments, permet de diminuer la pression sur la forêt.

Comme l’explique un des intervenants, si le biogaz est encore à l’état embryonnaire en France, c’est en raison de la priorité accordée par les pouvoirs publics à l’énergie d’origine nucléaire. La situation semble toutefois en passe de changer.

Participants: René Moletta, directeur de recherches à l'INRA, Philippe Adnot, sénateur , fondateur de l'Université de Technologie de Troyes.

Source: RFI - Et si on produisait de l'énergie «vertueuse»?

Ecouter également Présentation de l'écologie industrielleEn 2030, le monde fonctionnera ... au charbon !, Après la plaie du nucléaire, la catastrophe du gaz de schiste !, Déchets des villes et plastique des océans

{enclose Le_biogaz_energie_miracle.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Téléchar.:
Télécharger ce fichier (Le_biogaz_energie_miracle.mp3)19765 Kb

Mis à jour ( Dimanche, 24 Juin 2012 21:02 )

 

PostHeaderIcon Comment (bien) nourrir la planète

( 4 votes )

Année: 2012

Durée: 41' 01''

Dans cet enregistrement, Bruno Parmentier, ingénieur des mines et économiste, donne des pistes intéressantes pour faire face à l'augmentation de la population mondiale sur le plan de ses besoins alimentaires.

Comme l'explique Bruno Parmentier, si actuellement environ 1 mia de personnes sur terre ne mangent pas à leur faim, 1 personne sur dix est obèse. Il y a donc non seulement un problème de répartition de nourriture, mais également un problème de qualité d'alimentation et d'habitudes alimentaires. La consommation de viande augmente constamment sur le plan mondial. Elle est clairement excessive dans les pays industrialisés. La production d'1 kg de volaille nécessite 4 kg de céréales. Ces valeurs sont de 6 kg pour le porc et 11 kg pour le boeuf,

Si l'on veut pouvoir nourrir tout le monde à l'avenir et éviter les graves troubles sociaux qu'entraîne une pénurie alimentaire, dans un contexte de raréfaction des ressources (phosphates, énergies fossiles), il faut radicalement modifier les techniques agricoles. Deux voies opposées dans leur philosophie sont explorées pour remplir cet objectif: les Américains misent sur le génie génétique pour "fabriquer" des espèces végétales qui produisent directement leurs pesticides. L'autre approche, défendue par Bruno Parmentier, est l'agriculture écologique intensive: il s'agit de mettre au profit des rendements les mécanismes naturels. Par exemple, le labour est bani, remplacé par la couverture végétale permanente et du travail du sol par les vers de terre ...

Nous sommes clairement en route vers une nouvelle révolution verte. Pour le meilleur ou pour le pire !

Source: RFI - Comment bien nourrir tout le monde ?

Ecouter également Jacques Blamont - une vision sans complaisance de l’avenir, Nourrir tout le monde: le défi, Les causes structurelles de la crise alimentaire en 2008, Perspectives démographiques pour le milieu du siècleLe sol, une ressource à protéger, L'agroforesterie réenchante le paysage, L'agriculture massacrée, Marcel Mazoyer nous parle des fondements de l'agriculture

A visiter: l'excellent blog de Bruno Parmentier

{enclose Comment_bien_nourrir_la_planete.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Téléchar.:
Télécharger ce fichier (Comment_bien_nourrir_la_planete.mp3)19220 Kb

Mis à jour ( Mercredi, 04 Juillet 2012 18:55 )

 

PostHeaderIcon L’énergie, fondement de notre société

( 20 votes )

Année: 2012

Durée: 1 H 37' 58''

Dans cet enregistrement majeur, Jean-Marc Jancovici déroule devant le Sénat français une vision étonnante de l’énergie et provoque chez l’auditeur des réflexions sans fin, à la mesure du rôle fondamental joué par le concept d’énergie dans le monde matériel qui est le nôtre. La présentation est complété par une intervention sur la web-tv Xerfi Canal: le conférencier y analyse la marge de manoeuvre dont dispose le gouvernement de François Hollande en relation avec la nouvelle donne énergétique qui se profile à moyen terme.

Comme le définit Jean-Marc Jancovici, polytechnicien spécialisé dans la thématique énergie-climat et essayiste, l’’énergie est une grandeur physique qui caractérise le changement d’état d’un système. L’énergie sert essentiellement à la modification de notre environnement: transformation des ressources, du territoire, déplacement des matières et des personnes, entraînement des machines, procédés chimiques, fusion de métaux, etc, etc.

L’ingénieur démontre à quel point le prix de l’énergie est dérisoire à notre époque. Si l’on tente une comparaison chiffrée entre la quantité d’énergie que peut fournir un individu en une journée et l’énergie contenue dans un litre d’essence, on explique aisément pourquoi la délocalisation dans des pays à bas coûts salariaux est si avantageuse: le coût de transport n’est pas signifiant par rapport au prix du travail.. Jean-Marc Jancovici s’exprime rapidement,  un résumé de son raisonnement n’est pas superflu:

un homme produit avec ses muscles au plus 0.25 kilowatt-heure en une journée (voir l’excellent article clarifiant les notions de puissance - en watt - et d’énergie - en watt-heure -). . Un litre d’essence fournit trois KWh d’énergie mécanique. Ainsi, si l’on valorise l’énergie d’un litre d’essence au coût journalier d’un smicard (120 € avec charges patronales), cela donne: 3 / 0.25 * 120 € = 1440 €,  soit 1000 fois plus que le prix actuel d’un litre d’essence ! En d’autres termes, explique Jancovici, l’énergie fossile coûte de 1000 à 10000 fois moins cher que l’énergie d’origine humaine !

Si l’on regarde la part de l’énergie dans le budget des ménages, on en infère que, depuis le 1er choc pétrolier, son prix réel n’a cessé de baisser. Alliée à l’accroissement de l’efficacité énergétique due au progrès technique, cette évolution est à l’origine d’une baisse constante du prix des objets manufacturés.

Jean-Marc Jancovici montre que le pouvoir d’achat est directement lié à la quantité d’énergie disponible. Si celle-ci diminue, le pouvoir d’achat se contracte. Cela fait dire au conférencier que, dans un monde où les quantités d’énergie fossile disponibles sont inéluctablement orientées à la baisse, la croissance, c’est terminé !

Jancovici bat également en brèche la notion de dématérialisation. Comme il l’explique, une société fortement tertiarisée et urbanisée n’est pas une société dématérialisée, mais constitue bel et bien l’aboutissement ultime d’une société fortement consommatrice d'énergie: grâce à l'énergie abondante - et quasi gratuite - les machines se chargent des flux physiques. Pour contrôler ces flux physiques, il faut des informations, lesquelles sont produites par une pléthore de banquiers, de managers, d'ingénieurs, de logiciels conçus par des informaticiens ...

Avec cet enregistrement, nous touchons du doigt les fondements mêmes de la société industrielle et post industrielle: une réflexion utile dans un système économique qui semble incapable de reprendre contact avec la dure réalité des limites de la planète !

Source (1ère partie): YouTube - Energie & Électricité - Senat Français JANCOVICI (20/03/2012)
Source (2ème partie): YouTube - Xerfi Canal Jean-Marc Jancovici Le grand défi énergétique du gouvernement

Ecouter également Faut-il faire le deuil du pic pétrolier ?, La vision énergétique de Jean-Marc Jancovici, Jean-Marc Jancovici - La contrainte carbone, En 2030, le monde fonctionnera ... au charbon !, Le nucléaire, élément de solution ?, Nicholas Georgescu-Roegen, économiste de génie, Joël de Rosnay - La société fluide, Le concept négaWatt, Villes en transition vers l'après-pétrole, James Howard Kunstler, crise financière et peak oil

 

{enclose L_energie_fondement_de_notre_societe.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Téléchar.:
Télécharger ce fichier (L_energie_fondement_de_notre_societe.mp3)45929 Kb

Mis à jour ( Lundi, 24 Septembre 2012 11:44 )

 

PostHeaderIcon Croissance et décroissance

( 6 votes )

Année: 2012

Durée: 40' 33''

Cet enregistrement interroge deux économistes, Christian Arnsperger et Philippe Aghion, sur les concepts de croissance et de décroissance. Tous deux sont d'accord sur le fait que le système économique dans lequel nous vivons ne peut fonctionner sans croissance. La nécessité de faire face à la crise de l'endettement rend celle-ci encore plus indispensable, alors que nous avons déjà dépassé les capacités d'absorption et de régénération de la planète, sans parler de l'épuisement des ressources.

Philippe Aghion défend la croyance qu'une croissance sans limite est possible, dans une formulation et un discours qui s'apparente à un dogme religieux. Christian Arnsperger explique que la crise économique que nous traversons est une crise de la croissance. Les pratiques déraisonnables d'endettement ont effectivement été encouragées principalement dans le but de stimuler la croissance.

Christian Arnsperger dénonce également le mythe du découplage, lequel établit que, grâce à l'innovation, la production requiert constamment moins de ressources. Ceci se vérifie, certes, mais est contrebalancé par l'effet rebond: l'augmentation du nombre d'unités produites compense largement les gains du découplage.

En fin d'enregistrement, on trouve une courte interview de Dennis Meadows, l'auteur en 1972 du rapport "Halte à la croissance". Dennis Meadows est très clair: s'il n'est pas possible de déterminer précicisément à quelle date la croissance s'arrêtera, cette échéance est appelée à se produire dans les 20-30 ans qui viennent !

Intervenants: Christian Arnsperger, maître de recherche au Fonds National de la Recherche Scientifique de Belgique, Philippe Aghion, professeur d'économie à l'université de Harvard, spécialiste de la croissance et de l'innovation.

Source: France Culture, Du grain à moudre - La croissance, la croissance… et la décroissance ?

Ecouter également La spirale incontrôlable de l’accélération, Dennis Meadows: trop tard pour le développement durable, La prospérité sans croissance, réflexions d'un économiste, Pour une éthique de l'existence post-capitaliste, Pour changer la société, les monnaies complémentaires4 scénarios pour la société en 2050

{enclose Croissance_et_decroissance.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Téléchar.:
Télécharger ce fichier (Croissance_et_decroissance.mp3)19013 Kb

Mis à jour ( Mercredi, 13 Juin 2012 20:57 )

 

PostHeaderIcon Fukushima, 1 an plus tard

( 5 votes )

Année: 2012

Durée: 54' 28''

Que représente concrètement un accident nucléaire majeur comme la catastrophe de Fukushima pour la population, pour la région, pour le pays ? Les propos modérés de Mycle Schneider, expert indépendant en matière d’énergie et de nucléaire, nous permettent d'entrevoir la cruelle réalité. Alors que seuls 5 % des 54 réacteurs japonais sont en fonction, les millions d'habitants du périmètre irradié autour de Fukushima font face aux contraintes de la radioactivité et aux tentatives dérisoires de décontamination.

A l'écoute de l'enregistrement, on mesure la complexité des problèmes posés par la pollution nucléaire. Les taux d'irradiation sont en constante variation en raison de l’action des éléments naturels, vent, pluie, etc. Ceci vaut également pour la contamination sous-marine, avec des phénomènes de concentration dus aux courants ainsi qu'au fonctionnement de la chaîne alimentaire. Une situation qui dépasse clairement les possibilités de la technologie et qui démontre qu'il n'y a pas d'alternative à la sortie du nucléaire !

Source: Terre à terre - 28 janvier 2012, Retour sur Fukushima

Ecouter également Fukushima, Printemps de l'énergie, Nucléaire, l'heure de la réflexion, Centrales nucléaires, le boulet du démantèlementDes mauvaises utilisations de l'électricité

A lire: Fukushima: les questions

{enclose Fukushima_1_an_plus_tard.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Téléchar.:
Télécharger ce fichier (Fukushima_1_an_plus_tard.mp3)25540 Kb

Mis à jour ( Vendredi, 16 Mars 2012 14:07 )

 
<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 Suivant > Fin >>

page n°1 sur 9
FACEBOOK like
Recherche
Mots-clés