Accueil Pensées Divers Conte soufi - une clé du développement spirituel

PostHeaderIcon Conte soufi - une clé du développement spirituel

Les hommes sont, les uns par rapport aux autres, comparables à des murs situés face à face. Chaque mur est percé d'une multitude de petits trous, où nichent des oiseaux blancs et des oiseaux noirs.

Les oiseaux noirs, ce sont les "mauvaises" pensées et les "mauvaises" paroles. Les oiseaux blancs, ce sont les "bonnes" pensées et les "bonnes" paroles. Les oiseaux blancs, en raison de leur morphologie, ne peuvent entrer que dans des trous d'oiseaux blancs; et il en va de même pour les oiseaux noirs, qui ne peuvent nicher que dans des trous pour oiseaux noirs.  

Maintenant, imaginons deux hommes qui se croient ennemis l'un de l'autre. Appelons-les Youssouf et Ali ...

Un jour, Youssouf, persuadé qu’Ali lui veut du mal, se sent empli de colère à son égard et lui envoie une très "mauvaise" pensée. Ce faisant, il lâche un oiseau noir qui, du même coup, libère un trou correspondant. L’oiseau noir s'envole vers Ali et cherche, pour y nicher, un trou vide adapté à sa forme.

Si, de son côté, Ali n'a pas envoyé d'oiseau noir vers Youssouf, c'est-à-dire qu'il n'a émis aucune "mauvaise" pensée, aucun de ses trous noirs ne sera vide. Ne trouvant pas où se loger, l'oiseau noir de Youssouf sera obligé de revenir vers son trou d'origine, ramenant à son hôte la disharmonie dont il est chargé.

Mais imaginons qu’Ali a, lui aussi, émis une "mauvaise" pensée. Ce faisant, il a libéré un trou où l'oiseau noir de Youssouf pourra entrer afin d'y déposer sa charge négative. Pendant ce temps, l'oiseau noir d’Ali volera vers Youssouf et viendra loger dans le trou libéré par l'oiseau noir de ce dernier. Ainsi les deux oiseaux noirs auront atteint leur but et travailleront à déséquilibrer les deux hommes auxquels ils étaient destinés.

Une fois leur tâche accomplie, ils reviendront chacun à leur nid d'origine, car il est dit: "Toute chose retourne à sa source".

Le mal dont ils étaient chargés n'étant pas épuisé, ce mal se retournera contre leurs créateurs. L'auteur d'une mauvaise pensée, d'un mauvais souhait, est donc atteint à la fois par l'oiseau noir de son ennemi et par son propre oiseau noir, lorsque celui-ci revient vers lui.

La même chose se produit avec les oiseaux blancs: si nous n'émettons que des bonnes pensées envers notre ennemi, alors que celui-ci ne nous adresse que des mauvaises pensées, ses oiseaux noirs ne trouveront pas de place où loger chez nous, et retourneront à leur expéditeur. Quant aux oiseaux blancs porteurs des bonnes pensées que nous lui aurons envoyés, s'ils ne trouvent aucune place chez notre ennemi, ils nous reviendront chargés de toute l'énergie bénéfique dont ils étaient porteurs.


C'est pourquoi il faut toujours bénir ses amis et ses ennemis (entendre le mot bénir par: penser à faire à autrui ce que nous voudrions qu'autrui pense à nous faire). Non seulement la bénédiction va vers son objectif pour accomplir sa mission d'apaisement, mais elle revient vers nous, un jour ou l'autre, avec tout le bien dont elle était chargée. C'est ce que les Soufis appellent "l'égoïsme souhaitable" et les Chrétiens: "Charité bien ordonnée commence par soi-même".

Pour cette raison, les Soufis, conformément à l'Enseignement de leur Prophète, ne veulent souiller ni leur bouche, ni leur être, par de mauvaises paroles ou de mauvaises pensées, ni même par des critiques apparemment bénignes qu'ils nomment "constatations".

Autres pensées

AddThis Social Bookmark Button

Mis à jour ( Dimanche, 06 Mai 2012 18:05 )

FACEBOOK like
Recherche