Accueil Pensées Divers

PostHeaderIcon La définition du bonheur de Frédéric Lenoir

Le bonheur, c'est la conscience d'un état de satisfaction global dans une existence signifiante fondée sur la vérité. L'expérience des plaisirs ne suffit pas. Il faut donner du sens à la vie, ce qui va nous permettre le hiérarchiser nos valeurs, nos choix. Ce sens, chacun se le donne. Il n'existe pas de sens valable pour tous. La philosophie nous permet de comprendre qu'il y a des contenus du bonheur qui sont différents d'un individu à l'autre.

Une fois qu'on réfléchit à la définition du bonheur, on peut ensuite réfléchir de manière pratique, se pousser à un travail sur soi à l'aide d'outils philosophiques, transformer ses émotions négatives, vivre l'instant présent. Beaucoup de gens vivent dans le passé ou dans le futur, ruminant ou fantasmant. Or, le bonheur vient de la sensation de ce que l'on ressent dans le présent. Si l'on y est attentif,  le cerveau envoie des signaux positifs au corps. L'attention est un cercle vertueux ...

Autres pensées

AddThis Social Bookmark Button

Mis à jour ( Vendredi, 15 Novembre 2013 14:34 )

 

PostHeaderIcon Pendant des années, j'ai attendu ...

Pendant des années j'ai attendu que ma vie change, mais maintenant je sais que c'était elle qui attendait que je change …

Fabio Volo

Autres pensées

AddThis Social Bookmark Button

Mis à jour ( Mardi, 04 Décembre 2012 13:38 )

 

PostHeaderIcon La dinde de Bertrand Russell

Les économistes sont en quelque sorte comme la dinde évoquée par le philosophe Bertrand Russell. Celui-ci imaginait une dinde qui verrait chaque jour un fermier lui apporter une bonne ration de grains. Au fil du temps, elle finit par se forger une idée optimiste de son univers, peuplé de gentils fermiers attentifs à ses besoins. Cette vision du monde risque cependant d’être brutalement battue en brèche le jour de Noël ...

Autres pensées

AddThis Social Bookmark Button

Mis à jour ( Samedi, 14 Juillet 2012 13:09 )

 

PostHeaderIcon La métaphore du voilier

Le voilier

Je suis debout, je suis debout au bord de la plage. Un voilier passe dans la bise du matin et part vers l'océan. Il est la beauté, il est la vie. Je le regarde jusqu'à ce qu'il disparaisse à l'horizon. Quelqu'un dit à mon côté: "il est parti". Parti où ? Parti de mon regard, c'est tout ! Son mât est toujours haut, sa coque a toujours la force de porter sa charge humaine, sa disparition totale de ma vue est en moi, pas en lui. Et juste au moment où quelqu'un près de moi dit: "il est parti", il en est d'autres qui, le voyant poindre à l'horizon et venir vers eux s'exclament avec joie: "le voilà !". C'est cela la mort !

Isabelle, fille d'Anne-Marie Lionnet, 16 ans à son décès, transmis par écriture automatique.

Autres pensées

AddThis Social Bookmark Button

Mis à jour ( Vendredi, 07 Janvier 2011 12:33 )

 

PostHeaderIcon Harmonie

 

Manger et être mangé, telle est la dure loi qui prévaut sur terre et dans les mers. Et pourtant, la nature réussit à faire naître l'harmonie du conflit. Pourrions-nous nous en inspirer ?

Autres pensées

AddThis Social Bookmark Button

Mis à jour ( Lundi, 26 Novembre 2012 14:20 )

 

PostHeaderIcon Conte soufi - une clé du développement spirituel

Les hommes sont, les uns par rapport aux autres, comparables à des murs situés face à face. Chaque mur est percé d'une multitude de petits trous, où nichent des oiseaux blancs et des oiseaux noirs.

Les oiseaux noirs, ce sont les "mauvaises" pensées et les "mauvaises" paroles. Les oiseaux blancs, ce sont les "bonnes" pensées et les "bonnes" paroles. Les oiseaux blancs, en raison de leur morphologie, ne peuvent entrer que dans des trous d'oiseaux blancs; et il en va de même pour les oiseaux noirs, qui ne peuvent nicher que dans des trous pour oiseaux noirs.  

Maintenant, imaginons deux hommes qui se croient ennemis l'un de l'autre. Appelons-les Youssouf et Ali ...

Un jour, Youssouf, persuadé qu’Ali lui veut du mal, se sent empli de colère à son égard et lui envoie une très "mauvaise" pensée. Ce faisant, il lâche un oiseau noir qui, du même coup, libère un trou correspondant. L’oiseau noir s'envole vers Ali et cherche, pour y nicher, un trou vide adapté à sa forme.

Si, de son côté, Ali n'a pas envoyé d'oiseau noir vers Youssouf, c'est-à-dire qu'il n'a émis aucune "mauvaise" pensée, aucun de ses trous noirs ne sera vide. Ne trouvant pas où se loger, l'oiseau noir de Youssouf sera obligé de revenir vers son trou d'origine, ramenant à son hôte la disharmonie dont il est chargé.

Mais imaginons qu’Ali a, lui aussi, émis une "mauvaise" pensée. Ce faisant, il a libéré un trou où l'oiseau noir de Youssouf pourra entrer afin d'y déposer sa charge négative. Pendant ce temps, l'oiseau noir d’Ali volera vers Youssouf et viendra loger dans le trou libéré par l'oiseau noir de ce dernier. Ainsi les deux oiseaux noirs auront atteint leur but et travailleront à déséquilibrer les deux hommes auxquels ils étaient destinés.

Une fois leur tâche accomplie, ils reviendront chacun à leur nid d'origine, car il est dit: "Toute chose retourne à sa source".

Le mal dont ils étaient chargés n'étant pas épuisé, ce mal se retournera contre leurs créateurs. L'auteur d'une mauvaise pensée, d'un mauvais souhait, est donc atteint à la fois par l'oiseau noir de son ennemi et par son propre oiseau noir, lorsque celui-ci revient vers lui.

La même chose se produit avec les oiseaux blancs: si nous n'émettons que des bonnes pensées envers notre ennemi, alors que celui-ci ne nous adresse que des mauvaises pensées, ses oiseaux noirs ne trouveront pas de place où loger chez nous, et retourneront à leur expéditeur. Quant aux oiseaux blancs porteurs des bonnes pensées que nous lui aurons envoyés, s'ils ne trouvent aucune place chez notre ennemi, ils nous reviendront chargés de toute l'énergie bénéfique dont ils étaient porteurs.


C'est pourquoi il faut toujours bénir ses amis et ses ennemis (entendre le mot bénir par: penser à faire à autrui ce que nous voudrions qu'autrui pense à nous faire). Non seulement la bénédiction va vers son objectif pour accomplir sa mission d'apaisement, mais elle revient vers nous, un jour ou l'autre, avec tout le bien dont elle était chargée. C'est ce que les Soufis appellent "l'égoïsme souhaitable" et les Chrétiens: "Charité bien ordonnée commence par soi-même".

Pour cette raison, les Soufis, conformément à l'Enseignement de leur Prophète, ne veulent souiller ni leur bouche, ni leur être, par de mauvaises paroles ou de mauvaises pensées, ni même par des critiques apparemment bénignes qu'ils nomment "constatations".

Autres pensées

AddThis Social Bookmark Button

Mis à jour ( Dimanche, 06 Mai 2012 18:05 )

 

PostHeaderIcon Formule pour se transmuter de l'intérieur

Mon Dieu, je ne puis par moi-même rien accomplir,
mais Toi et moi ne faisant qu'un,
Ta perfection, Ta plénitude
se manifestent en moi et autour de moi.

C'est pourquoi où que je sois, où que j'aille,
Ta splendeur divine m'imprègne, me devance et resplendit
pour révéler ta gloire infinie.

Autres pensées

AddThis Social Bookmark Button

Mis à jour ( Mercredi, 19 Janvier 2011 12:27 )

 
<< Début < Préc 1 2 Suivant > Fin >>

page n°1 sur 2
FACEBOOK like
Recherche