AccueilSurpopulation Français
AddThis Social Bookmark Button

PostHeaderIcon Tchernobyl, la censure de l'OMS

( 5 votes )

Année: 2009

Durée: 53' 47''

Dans cet enregistrement disponible en libre écoute, nous apprenons qu'il existe un accord secret signé en 1959 entre l'AIEA (Agence Internationale de l'Energie Atomique) et l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) qui subordonne toute étude sanitaire de l'OMS en rapport avec l'énergie nucléaire à l'approbation de l'AIEA. L'AIEA est l'unique agence onusienne qui dépend directement du Conseil de sécurité, alors que les autres agences, dont l'OMS, dépendent du Conseil du développement économique et social. Ainsi, toute tentative de faire la lumière sur les conséquences réelles de la catastrophe de Tchernobyl dans le cadre institutionnel et scientifique de l'OMS est bloquée ... S'expriment dans cet enregistrement Paul Roullaud, du collectif "Independent WHO", Wladimir Tchertkoff, journaliste et documentariste, Alison Katz, ancienne fonctionnaire de l'OMS.

Source: Terre à terre, les archives non-officielles

Ecouter également Centrales nucléaires, le boulet du démantèlement, Nucléaire, l'heure de la réflexion, Le nucléaire, élément de solution ?

Regarder: animation montrant le déplacement du nuage radioactif de Tchernoyil sur l'Europe

{enclose Tchernobyl_la_censure_de_l_OMS.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Télécharger
Télécharger l'enregistrement Tchernobyl_la_censure_de_l_OMS.mp318908 Kb
 

PostHeaderIcon Le GIEC: crise de confiance ?

( 2 votes )
Année: 2009

Durée: 22' 33''

Cet enregistrement audio donne la parole à deux scientifiques qui  collaborent ou ont collaboré au GIEC – Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat – sur la question de la confiance à accorder aux travaux de cette organisation. Des erreurs dans le dernier rapport du GIEC ont été montées en épingle par les partisants de l’inaction à l’égard du changement climatique. Dans le même temps, une frange de scientifiques, dits climatosceptiques, ont mis en doute l’origine anthropique (humaine) du réchauffement de la planète. Hervé le Treut rappelle que notre développement économique s’est fondé jusqu’alors sur l’utilisation des énergies non renouvelables. Si rien ne change, d’ici une poignée de siècles, la totalité de ces ressources fossiles auront été épuisées, avec pour conséquence un bouleversement climatique de très grande ampleur.

Certes, la reconversion énergétique aura un coût et celui-ci sera, du moins en partie, supporté par ceux qui ont profité jusqu’à maintennt d’une énergie qui n’était pas valorisée à son juste prix (car n’incluant pas l’ensemble des coûts de son utilisation, ndlr.). Se cacher la tête dans le sable ne contribuera en aucune manière à résoudre nos problèmes !

Source: Canal Académie - Le GIEC : comment rétablir la confiance ?

Ecouter également Quel crédit accorder aux climatosceptiques ?

A voir: documentaire (payant) "The Age of Stupid"

A lire: le billet du webmaster sur ce sujet

{enclose Le_GIEC_crise_de_confiance.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Télécharger
Télécharger l'enregistrement Le_GIEC_crise_de_confiance.mp37933 Kb
 

PostHeaderIcon Impact environnemental des technologies de l'information et de la communication

( 3 votes )

Année: 2009

Durée: 59' 19''

A écouter: en France, les TIC représentent actuellement 13 % de la consommation d'électricité. Cette part croît entre 5 et 10 % annuellement au niveau mondial. On peut voir dans ces technologies un moyen de dématérialiser l'économie, donc de réduire les dégagements de CO2. Cela se vérifie - en théorie - pour le télétravail où la vidéoconférence. Il faut néanmoins compter avec l'effet rebond: par exemple, si le recours aux réseaux d'information permet de diminuer la congestion sur les axes routiers, la fluidification du trafic automobile vas probablement encourager sa croissance. Une des tâches prioritaires des technologies de l'information consiste à fournir des tableaux de bord - des indicateurs - qui permettent de se rendre compte de manière directe et immédiate de l'impact d'un comportement ou d'une décision sur le plan énergétique; par exemple, l'effet sur sa facture d'électricité de l'utilisation d'un réfrigérateur à basse consommation.

La dernière partie du débat concerne les projets - ou les fantasmes - de la géo-ingénierie.

Cette émission est intéressante dans la mesure où elle met en évidence, une fois de plus, la complexité des problématiques abordées. Reste la conclusion: rien ne sert d'économiser sur les dépenses énergétiques si c'est pour consommer plus dans un autre domaine.

Source: France Culture  - Place de la toile

Ecouter également Hubert Sauper, au-delà du Cauchemar de Darwin, Les impacts de la réalité augmentée, Hautes technologies, menace ou non ?

A lire: Impact environemental de l’utilisation du Net et des ordinateurs, infographie sur l'augmentation prévue du trafic internet d'ici 2015

{enclose Impact_environnemental_des_techn_info.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Télécharger
Télécharger l'enregistrement Impact_environnemental_des_techn_info.mp320858 Kb
 

PostHeaderIcon Biodiversité et eurocompatibilité

( 1 vote )

Année: 2009

 

Durée: 29' 34''

La biologiste Denise Gautier, travaille pour la fondation Pro Specie Rara dont l'objectif est le maintien des ancienne espèces de plantes de culture. A partir de l'après-guerre, ces espèces ont été remplacées par des hybrides beaucoup plus performantes. Denise Gautier nous explique que les variétés anciennes peuvent être replantées alors que les hybrides, dites F1, doivent être rachetées chaque année chez les semenciers. En raison d'une directive européenne qui impose qu'une espèce doit être répertoriée dans un catalogue pour être commercialisable, les variétés anciennes sont condamnées à disparaître en raison du coût élevé de la procédure d'homologation. La Suisse, non membre de l'UE, fait encore exception en n'exigeant pas cette inscription, mais les pressions en matière d'eurocompatibilité s'accentuent et semblent devoir triompher à terme, sauf si l'Europe comprend qu'il est dans l'intérêt de tous, y compris des producteurs de semences, de conserver les variétés d'origine ainsi que le savoir-faire pour les cultiver.

Source: RSR Espace 2 - Les Temps qui courent

A visiter: Biodiversité pour tous et sa pétition en ligne

Ecouter également Le problème méconnu des semences paysannes, Les AMAP, avec François Oulmont

{enclose Biodiversite_et_eurocompatibilite.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Télécharger
Télécharger l'enregistrement Biodiversite_et_eurocompatibilite.mp310399 Kb
 

PostHeaderIcon Quel crédit accorder aux climatosceptiques ?

( 1 vote )

Année: 2009

Durée: 58' 04''

S'expriment dans cet enregistrement Vincent Courtillot. géophysicien, Jean-Claude Gascard, océanographe, Gilles Ramstein, paléoclimatologue et Laurent Terray, climatologue. Au sein d'une discussion dépassionnée entre scientifiques (Claude Allègre n'est pas présent !), la parole est donnée à un adversaire du réchauffement climatique, Vincent Courtillot. Cette émission tente d'examiner la pertinence de l'argumentation qu'il développe. Il ressort des échanges que le consensus sur l'origine anthropique du réchauffement climatique est très largement majoritaire au sein de la communauté scientifique. Il serait parfaitement inconscient pour la communauté internationale - et contraire à la raison - de ne pas agir en se retranchant derrière le discours de la poignée de scientifiques dissidents.

Sans mettre en doute l'honnêteté scientifique des climatosceptiques, il faut garder à l'esprit qu'aux Etats-Unis, les lobbies charbonniers et pétroliers dépensent des centaines de millions de dollars annuellement pour faire obstacle aux mesures de réduction des émissions de CO2. Cela contribue très probablement à la visibilité donnée aux propos de certains chercheurs qui mettent en doute l'urgence de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Source: France Culture  - Science publique

Ecouter également Les climatosceptiques désavoués ?, Le GIEC: crise de confiance ?

A voir: Claude Allègre en pleine action (!)

A voir: documentaire (payant) "The Age of Stupid"

A lire: le billet du webmaster sur ce sujet

{enclose Quel_credit_accorder_aux_climatosceptiques.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Télécharger
Télécharger l'enregistrement Quel_credit_accorder_aux_climatosceptiques.mp320419 Kb
 

PostHeaderIcon Pourquoi les pays industrialisés n'en font-ils pas plus ?

( 6 votes )

Année: 2009

Durée: 59' 51''

Cet enregistrement propose une sélection d'interventions tirées de la conférence "Pourquoi les pays industrialisés n'en font-ils pas plus ?" tenue dans le cadre de l'Université du WWF France des 20 et 21 octobre 2009. S'expriment dans cet enregistrement Bertrand Méheust, philosophe et sociologue, Pascal Husting, directeur général de GreenPeace France et Philippe Germa, administrateur du WWF France. Comme le constate Pascal Husting, la première raison est que l'Occident se trouve dans une crise morale. Par ailleurs, Pascal Husting démontre qu'il n'est pas suffisant de comparer les pays au niveau du total de leurs émissions. Il faut également comparer les émissions rapportées à un individu, par exemple un Chinois versus un Américain.

Selon Pascal Husting, le système capitaliste ne peut pas se réformer parce que sa nature est de pousser à la surconsommation. La promotion de la croissance verte est une illusion qui ne fait que confirmer ce que développe Bertrand Méheust: qu'un système tend à aller jusqu'à sa saturation avant de s'effondrer. Autre idée intéressante: la surpopulation concerne avant tout les pays occidentaux, dans lesquels vivent 1 mia d'individus avec un facteur de consommation de 32 contre 5 mia et demi d'habitants dans les pays du tiers-monde avec un facteur de consommation proche de 1 !

Bertrand Méheust souligne la capacité du système à inventer des oxymores - des locutions contenant une impossibilité, comme, dernière en date, la "décroissance prospère" du MEDEV - pour tenter de gérer ses vérités qui dérangent.

En fin d'enregistrement, quelques idées intéressantes, notamment sur le pouvoir colossal de l'appareil publicitaire qui attise la surconsommation, ou le fait que l'on ne parle jamais de la problématique de la croissance démographique ...

Source: Terre TV - Pourquoi les pays industrialisés n'en font-ils pas plus ?

Ecouter également Dennis Meadows: trop tard pour le développement durable, Croissance non soutenable: tout était dit en ... 1972 !, La prospérité sans croissance, réflexions d'un économiste, Société de la connaissance - société de la conscience, Pour une éthique de l'existence post-capitaliste, Bertrand Méheust - Trop tard pour sauver la planète ?, Naomi Klein - la stratégie du choc, La publicité, reflet de l'inconscience collective, Perspectives démographiques pour le milieu du siècle

A voir: un documentaire en anglais sur la croissance exponentielle, notamment démographique

{enclose Pourquoi_pays_industr_n_en_font-ils_pas_plus.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Télécharger
Télécharger l'enregistrement Pourquoi_pays_industr_n_en_font-ils_pas_plus.mp321048 Kb
 

PostHeaderIcon Bidoche. L'industrie de la viande menace le monde

( 8 votes )

Année: 2009

Durée: 54' 25''

Dans cette interview, Fabrice Nicolino, auteur du livre "Bidoche. L'industrie de la viande menace le monde" expose les faits induits par la consommation de viande, qui est en forte expansion dans le monde. La présentation du livre commence ainsi: "Je crois savoir ce que manger veut dire. Mais je dois ajouter que, chemin faisant, j'ai changé d'avis et de goût. Derrière une côte de boeuf, j'ai fini par voir un boeuf. Derrière un gigot, un agneau ...". Dans l'Union Européenne, 70 % des surfaces cultivées servent directement ou indirectement à la production de viande. Lorsque l'on sait que pour produire 1 kg de viande de boeuf il faut 8 à 10 kg de céréales, on peut avoir un ordre de grandeur du gaspillage, explique Fabrice Nicolino. Sans la culture du soja, qui se fait en majeure partie outre-atlantique, et qui est une des causes de la disparition des forêts tropicales, la production industrielle de viande s'effondre ! Chaque Français utilise 659 m2 de terre, ici ou ailleurs, pour la production du soja requis pour satisfaire sa consommation de viande. Il apparaît clairement que la préservation de la planète ne se fera pas sans une forte réduction de notre consommation de viande, conclut Fabrice Nicolino.

Source: Terre à terre, les archives non-officielles

Ecouter également Le jeune activiste Maxime Ginolin interviewé par Laura Marie, La troisième révolution agricole va-t-elle achever l’industrialisation de l’agriculture ?, Ange-Toussaint Albertini, éleveur de porcs corse, Quelques recettes pour développer un cancer …, Claire Severac, la face sombre de l’industrie agro-alimentaire, Les produits laitiers sont toxiques pour la santé !, Pourquoi on coupe les cornes des vaches, L'agriculture massacrée, TOXIC, ce que nous sert l'agroalimentaire est TOXIC !, Boîtes de conserve, emballages plastique, aluminium. L'industrie alimentaire nous empoisonne !, Les impacts environnementaux de la consommation de viande

A voir également Le coin de l'inacceptable, documentaire sur la fabrication de la gélatine à partir de déchets d'abattoir

A lire: 20 Minutes, Vendredi 14 novembre 2014, Pierre Hinard: «De la viande bonne pour la poubelle a été transformée en steaks hachés», La tique qui rend allergique à la viande (pdf)

{enclose L_industrie_de_la_viande_menace_le_monde.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Télécharger
Télécharger l'enregistrement L_industrie_de_la_viande_menace_le_monde.mp319136 Kb
 
<< Début < Préc123456789Suivant > Fin >>

page n°5 sur 9
FACEBOOK like
Recherche
Mots-clés